NIÑOS

Wonder Mother et les doudous

28 Junio 2015

banniere_kids[1]

 

Doudou, ton univers impitoyable.

Il y a le carré de coton blanc (« lange »), classique et efficace. Il y a le personnage de dessin animé, de Winnie à Dumbo en passant par Simba, Volt ou T’choupi. Il y a ensuite, bien entendu, l’immense bestiaire, régnant sans partage dans le cœur des kids : chien, chat, girafe, éléphant, singe, souris, mille-pattes, lion, cheval, mouton, cochon, poule, poussin, dauphin, tortue, pingouin, ou même – ça s’est déjà vu – araignée noire et poilue. Il y a bien sûr, aussi, le nounours, basique chic, sorte de petite robe noire des doudous. Il y a, pour certains, le t-shirt de maman (soupir attendri). Il y a même, parfois, la « petite » couverture de 2 mètres carrés d’envergure – très pratique quand il s’agit de l’emporter à la maternelle. Tout ça, c’est le monde des doudous ; un univers immense, varié, merveilleux…

… Mais aussi dramatique. Qui parmi vous n’a jamais égaré un doudou, hein, qui ?! Ne baissez pas les yeux. Vous êtes humaine, après tout. Pas infaillible. Toute mère super-héroïne que vous êtes, il est un moment dans la vie parentale qui n’échappe à personne : l’oubli, voire pire, la perte définitive, du doudou.

Ce drame terrible, sur lequel l’ONU planche régulièrement (et sur lequel, comme de juste, elle n’agit pas des masses), vous en avez été témoin pas plus tard que la semaine dernière. Un moment poignant. Vous étiez tranquillement en week-end à la campagne avec des potes quand soudain, au moment du coucher, horreur, malheur et tremblement de menton de leur petite dernière, DOUDOU ÉTAIT INTROUVABLE. Tout en les aidant à chercher le dit doudou (un morceau de tissu infâme), vous vous êtes intérieurement félicitée de votre sagesse. Vous, les doudous de vos nains forment une armée rigoureusement tenue, parée à toute éventualité tragique. C’est que vous avez mis le paquet pour éviter les catastrophes internationales. D’ailleurs, vous enseignez doctement à chaque copine enceinte votre méthode infaillible pour éviter les problèmes (et dix ans de psy par gosse traumatisé, ce qui coûte vite bonbon).

Votre plan de bataille est le suivant. Prenez note, jeunes primipares insouciants.

1 – Choisir le doudou à la place de l’enfant ( = lui coller une seule et même peluche dans son lit de la naissance à la majorité). Ainsi, vous évitez les trucs géants, inlavables, hors de prix ou « faits main par un jeune créateur de San Francisco », autrement dit irremplaçables.

2 – En acheter 3 exemplaires identiques.

3 – Alterner et laver ces trois exemplaires (sinon, ils n’auront pas le même degré d’usure, et votre petiot hurlerait d’effroi en découvrant un doudou flambant neuf).

4 – Coudre une étiquette portant le nom de l’enfant et votre numéro de téléphone (vous pouvez aussi la thermocoller, mais attention à ne pas brûler un morceau de la peluche).

5 – Avoir toujours un doudou de rechange lors des déplacements (par exemple dans la valise, au cas où celui pris à la main se perd dans le train ou à la station d’autoroute – et oui, il faut penser à tout, jeunes padawans).

Grâce à cette organisation digne de l’armée américaine, vos chers amours ne se sont encore JAMAIS retrouvés en panne de doudou. C’est peut-être la plus grande fierté de votre vie (ça, ou bien votre titre de Miss Paréo Sainte Maxime 1996). Mais vous restez vigilante : malgré toute votre discipline, le mois dernier, le Bourriquet de votre fils avait perdu deux exemplaires de ses troupes (il n’en restait donc plus qu’un, si vous suivez). On frôlé la troisième guerre mondiale, et vous en tremblez encore.

Bref, qu’on se le dise, sous ses dehors tendres et pelucheux, le monde des doudous est un monde dangereux.

signature-wonder-mother

PS : on dit ça on dit rien, mais sinon sur showroomprive.com,
il y a régulièrement des ventes de doudou à -70%…